Jupiter le destin de l'univers

Vaincre les Archontes

Jupiter : Le Destin de l'univers film de science-fiction américain écrit, coproduit et réalisé par les Wachowski, sorti en 2015

Synopsis :

Jupiter Jones est une immigrée russe qui gagne sa vie en nettoyant des toilettes. Elle rencontre alors Caine, ancien chasseur militaire interplanétaire, qui est venu sur Terre pour retrouver sa trace. Jupiter va alors comprendre sa destinée : elle serait la véritable et légitime héritière de la terre par son génome identique à celui de la défunte mère qui régnait sur la maison d’ABRAXAS dominant l' Univers , mais celle ci a été tuée par Ballem, un de ses fils... Les trois héritiers : Kallique, Quitus et Ballem lui-même, se livrent une guerre de pouvoir en exploitant les ressources de toutes les planètes. Mais Ballen extrait industriellement une substance rajeunissante afin de prolonger éternellement la vie par l’abattage massif d’humains créés à partir de l’ADN d’hommes et de celui d’indigènes. Ainsi programmée la population devient particulièrement fertile. La technique est d’attendre que la terre arrive à une certaine saturation démographique pour effectuer « la récolte du filtre » en question.


 

Interprétation ésotérique

L’assassinat de la mère régnante de la lignée d’Abraxas et la discorde qui en découle au sein de sa descendance symbolise l’état chuté de la conscience et de son système cosmique du paradis originel. Abraxas est un dieu de la gnose grecque dont le nom est composé des sept premières lettres qui correspondent au nom de Dieu en hébreu ; ces sept lettres font référence au systéme planétaire septuple de la terre nommé le septénaire cosmique ou la « nouvelle terre » biblique dans son interprétation gnostique. Il s’agit de sept sphères s’imbriquant mutuellement dont notre monde est la septième dimension. Abraxas signifie donc, dans sa signification la plus élevée, le septénaire cosmique, c'est-à-dire la totalité des sphères du cosmos terrestre révélée par la connaissance (gnosis). La chute originelle de l’homme a donc engendré un système cosmique adapté : le monde actuel avec sa contrepartie invisible : la « sphère réflectrice » où séjournent les morts et des entités diverses et où s’exercent des forces occultes. la lignée d’Abraxas signifie donc dans le film l’État de dégénérescence de la conscience. La sphère réflectrice n’est donc pas à confondre avec le ciel divin (septenaire cosmique) car dans l’ésotérisme l’au-delà n’est pas le royaume des cieux. C’est dans cet au-delà ou sphère réflectrice que se combattent continuellement les trois descendants de la défunte mère. A partir de cet espace invisible ils exploitent les humains. L’ésotérisme explique que les entités qui séjournent dans cette sphère, dans l’au-delà , vampirisent une partie de l’énergie éthérique humaine produite à partir de l’état de dégénérescence des hommes. Pour libérer l’humanité de ce fléau symbolisé par le vampirisme auquel se livrent Ballen, une indication nous est fournie dans le film par la statuette du héros « Persée » tenant dans ses bras la tête de Méduse figurée dans le vaisseau de Ballem. Dans la mythologie greque Persée provoque la naissance de Pégase. Pégase est un cheval ailé ayant pour père Poséidon, né  avec son frère Chresaor après la décapitation de la méduse par Persée. Shri Aurobindo soutient la thèse que le nom de Pégase dérive du même radical qu’un verbe et un adjectif signifiant « épais » et « fort ». Il les met en rapport avec le mot sanskrit « pâjas » signifiant force et puissance. En ésotérisme, la force et la puissance sont les attributs de l’Amour qui confère la compréhension du cœur, la véritable connaissance (gnosis). L’ésotérisme nous enseigne que la gnose est donnée à l’homme par grâce divine symboliquement représentée dans le film par les abeilles qui enveloppent Jupiter sans la piquer. La tête de Méduse fait référence aux forces auto conservatrices contenues dans le subconscient ; la tête de Méduse est ce que dans le livre « le cinéma, le héros et le symbolisme universel »(en vente :lulu.com) est appelé « le sous prototype » et fait obstacle systématiquement à toutes forces de renouvellement de la conscience. Or pour retrouver la filiation royale (divine), l’état primordial de la mère régnante, l’état nirvanique originel, l’intégration dans le Septénaire cosmique, il est nécessaire selon la philosophie bouddhiste ou hindouiste de se libérer du karma accumulé à travers de multiples expériences et de multiples incarnations. C’est pourquoi les abeilles qui n’attaquent pas Jupiter illustrent la faculté d’échapper aux piqûres douloureuses du karma : c’est une référence à Mélissa capable dans la mythologie grecque de recueillir le miel sans se faire piquer. C’est ainsi que grâce à l’Amour qui l’a toujours guidée sur son périple et qui lui a révélé sa haute lignée royale, « sa filiation spirituelle », Jupiter prend enfin la place qui lui échoit sur terre et dans l’univers.

P W