GRAVITY

Retrouver le centre

Gravity, ou Gravité au Québec, est un film d'aventure spatiale américano-britannique écrit, produit, réalisé et monté par Alfonso Cuarón, sorti en 2013.

Le commandant de la navette spatiale américaine Explorer, Matt Kowalski (George Clooney), et l'astronaute scientifique Ryan Stone (Sandra Bullock), seuls survivants d'une mission spatiale destinée à réparer le télescope spatial Hubble, tentent de retourner sur Terre en regagnant d'abord la Station spatiale internationale.

En 2014, le film remporte sept Oscars dont celui du meilleur réalisateur pour Alfonso Cuarón.

Gravity place la conscience devant l'inconcevable déplacement de gravité qui s'impose impérieusement et radicalement lorsqu'il y a perte de sens de la vie.

Le terme Indou "Upanishad", lequel du sanskrit se traduit: " au pied du maître". Il y a deux façons d'interpréter ces mots : exotériquement "au service d'un gourou, d'un maître", ou ésotérique ment en référence au "guide intérieur, à l'Esprit". Dans le film Gravity se pose la nécessité pour l'héroïne de passer d'une dépendance psychologique liée à une autorité sécurisante, (autorité incarnée par le chef de mission, George Cloney ), à une prise en charge totale et autonome de son destin. Gravity peut être l'histoire de chacun de nous pour autant que, tel l'héroïne, nous nous trouvions nous même dans la nécessité de nous libérer de toute forme d'autorité faisant obstacle a notre intégrité et liberté. Mais qu'est-ce qui permet à une autorité d'avoir prise sur la conscience ? Dans Gravity, c'est la souffrance ! La douleur que l'héroïne refoule au fond du cœur, dans l’incapacité où elle est de faire le deuil de sa petite fille. En effet, l'héroïne ne peut faire face à sa douleur, ne pouvant intérieurement recourir à une énergie, nous le verrons plus loin :" masculine", une volonté ferme pour "aller de l'avant"(se libérer du passé). Elle ne compte essentiellement que sur un appui extérieur, un guide, le chef de mission, pour se maintenir en état de "survie psychologique". Nous connaissons la signification du yin et du Yang par le Taôisme: ces deux principes créateurs opèrent en tout ce qui est manifesté. Aussi longtemps que ces deux principes n'opèrent pas de façon consciente dans l'être humain, celui ci cherche à prendre appui sur une forme ou une autre d'autorité indépendante de lui (institutions, gourous, leaders).

Reconstituons le cadre de l'action: il s'agit de l'espace en dehors de la gravité. L’héroïne est venue dit-elle, chercher le silence, autrement dit la sérénité. Il s'agit là d'une symbolique spirituelle frappante: atteindre la sérénité en prenant la plus grande distance possible par rapport au centre de gravité du mal (la douleur). Cependant le désir de l'héroïne d'échapper au passé ne s'appuie pas sur une intégration des principes masculin et féminin en elle même. Elle se retrouve ainsi dans une situation aussi instable que l'espace, c'est à dire dans une vulnérabilité extrême. Elle est ainsi dans un état conflictuel, entre son désir d'échapper à sa douleur et la nécessité d'y faire face. Mais le passé la rattrape, illustré par les débris d'une station russe pulvérisée par un missile. Il s'agit donc de l'état conflictuel de l'humanité entière qui fait écho a son conflit personnel, car la conscience de l'héroïne et celle de l'humanité dépendent de la même gravité car en ésotérisme l’humanité forme un tout ! Ainsi quelles que soient les distances parcourues pour lui échapper, le passé revient un jour ou l'autre à la conscience. Il faudra donc abandonner tout recours à un guide extérieur, que le principe masculin extérieur meure. Matt détache symboliquement dans le film le mousqueton qui le liait à l'héroïne malgré le refus de cette dernière "cramponnée a lui". Après de grands efforts et beaucoup de courage à travers diverses péripéties, l'héroïne réussit à gagner la station chinoise. Mais une nouvelle épreuve l'y attend: dans le module de pilotage repose une statuette à l'effigie de St Christophe. Christophe dérive des mots Grecs : Christos (le Christ) et phorein (porter) et désigne celui qui porte le Christ, symboliquement celui qui meurt en Christ pour une « renaissance ». Il s’agit du géant légendaire nommé dans la légende « réprouvé » qui aide l’enfant Jésus à traverser une rivière. Le dieu égyptien Anubis est symboliquement le passeur d’âmes après la mort, ainsi que Charon dans la mythologie grecque, le passeur des âmes sur le fleuve du Styx. La statuette de St Christophe nous indique que l’héroïne entre dans une phase de deuil et rémission, l’abandon définitif de son ancienne vie, une mort à soi même, en l’occurrence se libérer de son passé traumatique dont elle est victime. St Christophe, portant le Christ peine de plus en plus au milieu de la traversée de la rivière car le Christ lui révèle qu’il porte lui-même le monde ; autrement dit il porte toutes les erreurs et conflits non résolus (les péchés) du monde que symbolise la gravitaté terrestre ; telle est la raison de toutes les difficultés que rencontre l’héroïne jusqu’à l’ultime confrontation à son passé. En effet, elle décide de rejoindre sa fille dans la mort, de se laisser mourir. Mais c'est aussi précisément à ce moment là que réapparait le chef de mission," virtuellement", car il est effectivement mort. Celui ci l'exhorte a "avancer", faire le choix de la vie et non celui de la mort ! Cela signifie que la réapparition virtuelle du principe masculin a attendu que la conscience arrive au fond, au cœur de sa souffrance, de sa névrose, que l'héroïne ne désire plus vivre selon une existence illusoire. Le principe masculin est alors intériorisé, intégré dans la conscience de l'héroïne, c'est pourquoi il est représenté dans le film non plus sous sa forme matérielle mais virtuellement. Il s'agit là d'un véritable et complet déplacement de la gravité, car nous passons d'une gravité extérieure à une gravité intérieure qui se traduit par l'intégrité et l'autonomie qui permet le redressement de l'être.

Voici comment se traduit ce retournement de la conscience: l'héroïne retourne sur la planète terre dans un module. Elle est obligée de se défaire de sa combinaison spatiale pour ne pas couler au fond de la mer; On peut établir un parallèle avec la scène dans Excalibur lorsque le chevalier et obligé de se libérer de sa lourde armure pour échapper à la noyade et faire face a la lumière Divine. L'armure représente a la fois la protection par rapport aux affects mais aussi le poids du passé lié a l'attraction terrestre. De même Ryan doit émerger et sortir de l'eau la conscience "renouvelée", se redresser (gros plan de la caméra sur ses jambes) sur son propre centre de gravité et fouler enfin le sol ferme, la " nouvelle terre" selon la promesse biblique.